Le penseur paléolithique. Par Philippe Roch

Nouveau
Ajouter au panier
  • Description
  • Plus

Un des plus grands artiste et naturaliste européen.

L'observation des animaux sauvages, leur dessin et leur sculpture a convaincu Robert Hainard (1906-1999) de l'existence d'une pensée animale qui associe toutes les facultés de la personne, cérébrales, sensitives, musculaires et intuitives. C'est pourquoi il ressent toute atteinte à la nature comme une mutilation personnelle. Hainard nous appelle à réveiller la part paléolithique de l'humanité pour sortir du repli anthropocentrique qui caractérise notre temps et restaurer une relation holistique, à la fois rationnelle et sensuelle, scientifique et artistique avec la nature, source inépuisable d'émerveillement. Proche d'Ellul et de Morin, Hainard dénonce le réductionnisme scientiste de notre civilisation.
Dès les années 1940, il s'est posé en critique de la croissance économique et démographique. Avec Aldo Leopold, il figure parmi les pionniers de l'éthique environnementale. Hainard propose une nouvelle civilisation réconciliée avec la nature, une civilisation dotée de techniques à faible empreinte écologique pour permettre une prospérité sans croissance, dans la modération et la plénitude de l'être.

Par Philippe Roch, docteur en biochimie, qui a dirigé le WWF Suisse et a été secrétaire d'État à l'environnement en Suisse pendant treize ans.

Éditions Labor et Fides, 2022, 309 pages.