Merci la Terre, par Alain Herve

"J'ai beaucoup aimé ce livre", Jean-Marie Pelt. A lire par tous de 7 à 107 ans. Vous êtes écologistes ? Vous devez le lire. Vous ne l'êtes pas ? Vous le deviendrez peut-être avec ce petit livre d'un grand écrivain, poète, percutant sur 23 chapitres. Pour voir le monde autrement. Paru en mai 2012.

« C'est un livre écrit comme une fable. La morale de son titre est aussi implacable que chez La Fontaine » Guillaume Malaurie, Le Nouvel Observateur, Octobre 2012.

 

« Un petit chef d’œuvre. En 23 chapitres percutants et poétiques, c'est un nouveau rapport au monde qui est livré, sous une forme très agréable à lire » Thierry Jaccaud, L'Ecologiste, Juillet 2012.

 

« Une sorte d'inventaire des fondamentaux : le feu, l'eau, l'air, la mer et les océans, les plantes etc. […] Une réflexion à dimension politique, philosophique, voire spirituelle » Olivier Nouaillas, La Vie, Juin 2012.

 

« Hervé a une façon merveilleuse, à la fois simple et puissamment évocatrice, de décrire les vastes phénomènes qui nous entourent, et nous font. […] Un seul mot : bravo. » Planète sans visa, Fabrice Nicolino, Mai 2012.

 

« Il convient d'adresser mille mercis à Alain Hervé pour son merveilleux petit livre Merci la Terre. » Blog Planète, Laurent Samuel, Avril 2012.

 

« Un ouvrage pédagogique et ludique, une langue poétique et la force d’un discours authentique » Bulletin de l’Institut de la Gastronomie française.

 

Présentation de l'éditeur.
Nous sommes bipèdes, nous sommes mammifères, nous n'avons ni ailes, ni nageoires, nous sommes plus de sept milliards. Nous nous appelons les hommes. Nous habitons une planète que nous appelons Terre, une planète qui abrite un curieux phénomène : la vie. Une planète que nous voyons de moins en moins, enfermés que nous sommes dans nos appartements, nos villes, nos voitures, notre univers aménagé par nos techniques. Mais, de l'autre côté de la vitre de la maison humaine, la planète est là, immense, silencieuse, obéissant aux forces gigantesques qui régissent la matière dans l univers. Nous avons l'impression d être l espèce vivante la plus évoluée. Nous avons tendance à croire que la planète nous appartient. Nous allons jusqu'à dire que la planète est en danger. La planète n'est pas en danger. C'est l'humanité qui s'est mise en danger. Nous traitons toutes les autres espèces vivantes et la nature elle-même comme si elles étaient notre propriété. Mais nous sommes arrivés au point où, par notre inventivité, notre industrie, par notre nombre, nous commençons de perturber le fonctionnement de la nature et de la vie. Nous le mettons en péril. Nous devons admettre que nous entrons dans l'âge écologique, que nous le voulions ou pas. Depuis quarante ans, il faut constater que le seul progrès philosophique, moral, politique, social résulte de la réflexion écologique. Les vieilles étiquettes politiques deviennent secondaires. Nous sommes tous écologistes ou nous disparaîtrons.
 
ALAIN HERVÉ naît en 1932, il fait des études de philosophie et de journalisme, navigue trois ans en voilier autour du monde, crée l'association des Amis de la Terre et Le Sauvage, journal écologique du Nouvel Observateur qu il mène pendant dix ans. Entre-temps, il bâtit des maisons, des bateaux, plante des palmeraies et sans arrêt écrit... Il a publié une quinzaine d ouvrages de voyages, d histoire et d histoires, de poésie, de philosophie. Il a collaboré avec La Vie, Réalités, Le Nouvel Observateur, Le Matin, Le Monde, La NRF, Grands Reportages, et en ce moment il travaille à Géo, L Écologiste, La Gazette des Jardins et avec France 3 pour des films sur les plantes.
 
Nouvelle édition mai 2012.
__ifPurchasable__
__endifPurchasable__